10.2.05

17ème séance

séance du 4 février 2005

Grand studio, je ne ferais que suivre le choix du tout de suite
malheureusement, la plupart du temps, j'oublie d'insister, de fouiller, de chercher la truffe, de travailler la répétition pour la transformation — Gardiens! à vos cochons —.

restent :

La caméra ne tourne pas. je fais des traversée

1ère traversée de jardin à cour (ou le contraire) : contre le mur entre l'extincteur et la boîte de désenfumage la joue gauche, les deux paumes écartées, la pointe du genou gauche ; les jambes fléchies, la droite plus en arrière, le talon droit relevé, les bras en poussée ; sans force
La jambe gauche recule tout le corps s'abaisse la joue retrouve le contact du mur
demi-tour se relever et traverser la salle lentement puis accélération puis lentement avant d'arriver au mur vis-à-vis entre les deux portes

Là idem

sinon le demi-tour qui fait un tour complet contre la porte de droite la main au passage saisit la poignée sans la faire basculer le corps pivote autour se retrouver face au mur de l'autre côté du panneau de bois
et à l'inverse pour finir entre les deux portes

demi-tour et traverser la salle lentement puis vite puis dans le dernier quart allongé au sol immobile se relever aller au mur : la joue etc

2ème traversée : les bras à peine soulevés les paumes vers l'extérieur ouverts marcher à petits pas saccadés irréguliers traînés parfois un pied se fige les orteils au sol le talon en l'air le mollet tremble et grippe l'avancée l'autre pied attend ça ne dure pas longtemps et reprend marcher à petits pas baguenaudant comme petite gousse remplie d'air qui éclate avec bruit quand on les presse, car funeste : une marche de devenir/gisant cherchant sa couche, mais pas fantôme — il est bien là

ou

s'arrêter pour lever un bras quand l'autre (il faut du temps) pose la main ouverte retournée entre les fesses — posée ; une asperge sur une assiette ; une truite au bord d'une table

-----------------------------------------------------
La caméra tourne, je retiens :

de dos debout la tête baissée se baisser
un genou à terre une main sous le pied (le dos de la main sur le sol) prend le pied bascule le corps en boule pour rouler le frottement sur le tapis le corps roule pas forcément où je veux le corps n'est pas si rond que ça — une boule nantaise ; ovoïde —
continue de rouler

le pied toujours dans la main le bras tendu la main libre fait appui genou main au sol lever le pied pris les jambes s'écartent une en appui le bas du pied tire une partie du corps sous l'autre

à plat ventre roulé à plat dos
là, tête et pieds relevés du sol
relever buste bras et jambes écartées
plusieurs fois
puis ciseaux tombé du ciel

traversée latérale en sautillant à pieds joints les seins tenus à pleines mains
sauter jusqu'au fond avec se retourne pour saluer ceux qu'il quitte + pivoter et à plat contre le mur frapper du pied et de la main haut puis glisser par terre — je l'ai refait deux fois ; sans insister sur glisser jusqu'à terre ; comme de le faire pour rien

s'avancer en sautillant avec marcher écarté et allongé
bras et jambes relevés écartés puis allongé et elle le soulève et le redépose très lent s'enfoncer dans le sol
petits gestes saccadés, secousses micro, convulsions d'insecte, des bras des jambes et me retourne et sur le dos je refais lever un bras quand l'autre (il faut du temps) pose la main ouverte retournée entre les fesses — posée ; une asperge sur une assiette ; une truite au bord d'une table allongé qui lentement se transforme en corps irradié cramoisi les membres tordus figés et les jambes retrouvent les saccades d'insecte

s'avancer en sautillant et parfois frapper à plat de pied jambes écartées regarder vers la droite le coin bas de la pièce immobile encore (x4 regarder le coin bas de la pièce) — être un ours puis l'ours qui penche se retourne regarde son bras partir le suit du regard et de l'épaule tourne encore se penche plus et se relève en Génie de la Bastille sur colonne descend sur la jambe cherche au ralenti quelque part à faire soudain assis tentative de ciseaux pour me déplacer au sol, j'arrête

accroupi les mains sous les talons essayer de se porter relever sur les jambes déséquilibre tomber à plat ventre

marchant les mains en pince qui mesurent le visage et ses parties

grimaces et taper le ventre trop vite abandonnés (Valeska Gerd nous quitte)

le poignet qui se débat dans la main qui le tient les yeux fermés

sur le tabouret retrouvé les yeux fermés les deux mains encadre le visage + ciseaux au-dessus de la tête

une marche de gisant/devenir ; le si fin voile de pierre

contre le mur (comme au début, mais mur du fond), frapper du pied et de la main en se retournant haut
ça sent le sapin, ça sent la fin

Ainsi dois-je faire confiance à ce que je fais quand je le fais



Comments: Enregistrer un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?