2.4.05

24ème séance

séance du 24 mars 2005

petit studio de 9h à 11h
j'ai demandé à J d'assister à la séance

Échauffement, mais tout de suite en entrant mal à la tête au cœur

puis tourné un peu en rond et allongé sur le dos relever les pieds et le buste par tension les bras tendus relever devant les hanches puis toujours en tension les membres se plient se tordent en équilibre sur les fesses il faut tenir la tête sortie des épaules puis relâcher le dos au sol les membres montent pour tomber du ciel quelques ciseaux et les fauves

J m'arrête pour un commentaire : c'est très bien mais tu ne montres rien, rien de ce que tu fais ; tu ne tires pas ; tu passes d'une chose à une autre

je reprends avec une chandelle lente les jambes montent bien les bras en V derrière le dos décollés du sol tout repose sur la nuque et les épaules
petit à petit lentement mes hanches basculent vers mon visage je garde l'équilibre la stèle nuque + épaules jusqu'à ce que le pression sur le cou soit trop forte je roule sur le côté

J m'arrête à nouveau

(retranscription de la cassette)
j : il y a profondément quelque chose qui me gêne
la croyance en le mouvement
croire

f : ouais c'est une sorte de croyance
entre la soumission et la croyance

j : non c'est ça mais c'est pas ça
parce que tu ne joues pas tellement les images que tu évoques
à un moment tu te retrouves le sexe près de la bouche
ça fait signe et tu n'utilises pas
je ne sens pas la fiction que tu développes
j'y crois pas
pas qu'il y ait qu'une seule fiction, il y en a plusieurs mais
c'est comme les positions comme ça, c'est déjà vu mille fois (en tension les membres se plient se tordent en équilibre sur les fesses)
de bébé je ne sais pas
moi je ne vois pas assez comment tu le fais toi
c'est pas un enjeu

f : je devrais être plus attentif aux pensées que j'ai quand je fais, les grandir, être attentif à les grandir

j : toutes, même les pensées de ne pas y arriver

f : pendant la chandelle il y avait plus la pensée d'y arriver justement

j : la chandelle était super, elle aurait plu à un danseur comme X je pense. on aurait dit qu'il y avait deux toi en superposition un avec les jambes comme ça, un effet d'étrangeté
mais je pense que ce n'est pas une bonne voie de travail
c'est bien réussi mais pas une bonne voie pas assez de pensée d'image
pourtant t'es trivial comme garçon

f : tu me dis ça je ne sais plus ce que ça veut dire tout à coup
c'est quoi les bonnes pensées ?

j : y'a des images des pensées qui sont propres admises
cette position là qui vient du buto on la connait elle est admise elle est propre c'est repérable

f : mais c'est quand même la base de ce travail, prendre des choses dans des spectacles et les reproduire
pas copie pas parodie mais partir de

j : je croyais que c'était être danseur

f : c'est être danseur ; c'est aussi être danseur à travers un énoncé c'est pas prendre des cours

j : ce qui manque c'est un positionnement
à partir d'une figure prise autre part qu'est-ce que tu en fais ?

f : je suis en train d'en faire quelque chose mais je n'ai pas de visée
j'ai pas de projet en danse et je ne vois pas comment j'en aurais un
c'est peut-être la faiblesse de la chose
cette tentative est peut-être vouée à l'échec
ça ne suffit pas comme rapport c'est quasi un rapport de consommateur
ce que j'ai vu faire par d'autre moi je peux le faire alors je le fais
et le fait de reproduire de la danse quelque que soit la façon, fait de moi un danseur
c'est peut-être pas assez

j : on peut pas dire ça fait de moi un écrivain le fait de consommer de la littérature

f : ça peut être un projet que de dire ça
et il en sort quelque chose ou pas
la question c'est : qu'est-ce que je peux faire avec ces envies ? j'entends ce que tu dis sur le rapport

j : le projet j'y crois
pour moi c'est un peu extrême parce qu'il n'y a plus la médiation du texte ou de la photo etc.
si c'est j'imite ce que je vois dans des spectacles j'ai pas d'avis et tu n'y arriveras pas

f : il s'agit de reproduire
je vois des trucs super au spectacle, je rentre chez moi et je les fais chez moi
ça m'oblige à trouver la manière de le faire

j : tu pars d'un type de danse ?

f : non je n'y connais rien en danse
le buto j'avais jamais vu avant de commencer ce travail
la danse contact j'en ai vu pour la première fois il y a deux semaines
je travaille pas par rapport à une pratique en particulier mais plutôt me demander c'est quoi danser ?
tu me dis la chandelle aurait plu à X
X est une danseuse — que ce que tu dis s'avère ou pas — et pour moi c'est la preuve que je suis en train de danser
maintenant tu me dis ça ne m'interesse pas, ce qui m'intéresse c'est plutôt la matière de la pensée la manifestation de la pensée
je t'entends et je me demande comment je peux m'approprier ça

j : c'est un peu fort mais quand tu viens danser plutôt que penser que tu veux être danseur penser que tu veux faire un outrage à la danse
dans une relation assez tendue à cet objet

f : je ne peux pas faire d'outrage à quelque chose que je ne connais pas
c'est quoi un outrage à la danse

j : je ne sais pas
ne pas être d'accord
si tu es trop d'accord…

f : je ne peux pas arriver dans un endroit que je ne connais pas et dire c'est de la merde
je ne sais même pas de quoi je parle

j : il faut trouver une tension
je pense, dans le déni de
c'est là que tu as une tension pas la tension du corps hein!
quand tu commences à travailler la langue c'est quand tu commences à détester la langue
pas ceux qui la respecte, qui aime la langue, la belle langue, qui aiment les mots tout ça
les enregistrements d'antonin artaud il n'est pas dans un amour de la langue il déteste la langue il dit caca merde caca cul il est dans la langue c'est comme ça qu'il rentre dedans
avec la danse c'est pareil
je ne crois pas à je ne connais pas je ne peux pas outrager
il faudrait connaître avoir le cadre pour ensuite transgresser
tu peux transgresser dans un cadre tout à fait imaginaire

f : tu transgresses par hasard alors

j : pas par hasard
tu transgresse toi-même tu te transgresses
quand tu es dans cette position-là c'est très repérable tu sais où tu es tu peux transgresser tu peux sortir
au contraire tu restes dans ce cadre
pas de fantaisie de main qui se met à bouger hors du truc

f : tu parles comme-ci j'étais danseur réellement danseur avec une pratique une pratique chorégraphique aussi

j : je pense que tu es réellement danseur

f : je suis réellement comédien aussi
par hasard
je ne peux pas transgresser ce que je ne connais pas
qu'est-ce que tu fais ? tu ne fais rien
si tu ne sais pas ce que tu fais tu ne fais rien
je veux bien être danseur mais n'empêche je n'ai pas de pratique de projet de connaissances
si tu me tenais ce discours alors que j'ai cinq ans de pratique
quand je fais ça je ne pense pas directement au buto je vois bien la filiation mais ça me vient d'asselineau ou de dobbels
quand je fais ça je n'ai rien à transgresser
là je ne suis pas dans un appareil
je dis je ne suis pas danseur je le suis
je ne suis pas danseur j'ai juste décidé que
et maintenant je le fais
et ce que je fais je ne dis pas c'est le meilleur truc c'est nouveau
je m'en fous du nouveau
je demande juste c'est quoi la réalité de ça
j'entends ton truc de pensée dans le mouvement ou le contraire
tu vois quand je fais claudia triozzi c'est pas
quand je fais (il fait elle sort et salue ceux qu'elle quitte)
c'est pas de la parodie je ne me fous pas de sa gueule
je fais je peux te dire :
j'ai décidé de marcher comme ça avec les cuisses qui font ça je décide marcher comme ça je marche comme ça avec les pieds comme ça
elle arrive au portail elle se retourne et salue ce qu'elle quitte
là je fais attention à la positon de ma main devant mes fesses, là moins haut, l'autre au-dessus de la tête au bout du bras tendu plié et le visage les yeux écarquillés la bouche bien ouvrir
à chaque fois que je le fais
moi je ne sais pas je pense qu'être danseur un danseur quand il fait ça d'un coup tout de suite il est au bon endroit moi je réajuste sans arrêt
au début c'était toujours à réajuster maintenant moins j'arrive tout de suite quelque part où je veux être à peu près
la transgression elle est là-dedans : je suis spectateur elle fait son spectacle et quand tout le monde est parti je vais sur la scène et je le fais aussi
pas parce que c'est de la merde parce que ça me plaît
j'en veux de ça
quand je fais ça pour l'instant je n'ai rien à transgresser
(fin de la cassette)

puis je lui raconte les hommes qui se jettent sur les femmes et les femmes sur les hommes chez paxton
avec gestes et sauts éloquents

Comments: Enregistrer un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?