12.6.05

33ème séance

séance du 26 mai 2005

ô liminaire :
— combien de temps sans compte rendu ?
— depuis le 22 mai, je crois
— tu te lasses ?
— non, non. pas beaucoup de temps. toujours courir
— mais quand même les séances ?
— ben non même pas. pas depuis celle du 26
— ça fait deux semaines alors
— oui. mais un atelier à micadanse le lundi soir avec christine gérard
— ah!
— c'est un peu porte-à-faux ; l'opposé des séances ;
— et ?
— ben, immergé dans la pratique comme si danseur
— mais être_danseur ?
— reprise dés la semaine prochaine avec comptes rendus des non-séances
— tu n'as pas besoin de te justifier


séance

le fils du platane — bouger tranquillement comme un arbre dans le vent — plutôt comme un arbre en lui-même bouger comme un arbre en lui-même
partir de mouvements tendus
d'une façon tendue (concentrée concernée) et lâcher se détacher de ce qui est fait ; y être et en être mais comme pas comme un arbre bouge en lui-même — les branches entre elles — comme je pose des produits sur le tapis roulant de la caisse au supermarché (pas quand il y a cette femme qui me regarde ; là c'est être_danseur séance #2)
innocemment

moi d'abord un heure allongé pour vaguement parfois (oui par vague) un enchaînement échauffant mais surtout rien les yeux au plafond laisser venir et c'est rien ; alors rien ; et au bout d'un moment ce n'est plus que rien alors debout et mouvement comme un arbre bouge en lui-même ; pas tout de suite
il faut s'y rendre
le chemin sans la tension vers le haut — juste rien à foutre
pas n'importe quoi
bel et bien moi là qui mais rien à foutre
de toute façon
rien à foutre — khepon pas né

port saïd canal de suez avec tankers passant de toutes les rues de la ville

moi qui visionne la séance ; faire du rushes ; puis quoi

moi qui visionne la séance : innocente ma peau qui s'amollit à la ceinture


Sinon

sur le dos pour le hanneton
— Rappel : le fils du platane, les branches comme en elles-mêmes entre elles, chaque sans effort, la gueule sage inquiète du chien dans l'oblique posée lui il fait il va mourir pas moi punk pas né

sur les fesses le hanneton dos relevé cuisses levées bras écartés ronds mains crispées pieds en dedans genoux externes en parlant
il a quoi le hanneton avec ses jambes — qu'il remue ? non
basculé sur le côté appui sur une épaule ; retournement impossible
essayer des bras et jambes tendus
sur le côté immobile sur épaule et genou pour basculer lentement de l'autre côté ; savoir du dos des épaules des hanches des genoux des chevilles des cuisses leur place
aller-retour

puis en long rouler lentement idem des places de chaque

de tension - lâcher - d'un bloc - tirer

alors 10 fois :
écarter membres du sol (chassé lent) - poser épaule + pointe du pied - écarter jambes - bascule ;
et roule du dos sur épaule et pointe de pied - écarter jambes (bras dessus) - monter fesses (tire comme d'un treuil, chargement pour l'argentine, tout seul jusqu'à la mer) - se relever / échec / bascule - roule sur le dos (retour)
deux fois bascule très lentement, chaque centimètre, la place de chaque etc.

du sol/au sol
un pied dans l'autre bras au-dessus de la tête — axe du sol —, le crucifié au repos, crucifié au sol, un nid mais étal, puis perdu
assis de dos/tailleur écarter jambes

debout face au mur bouger rien à foutre tirer par pied ou main tourner lancer le bras (un bras) sauter côté ou parenthèse s'exciter jeter pieds (un pied)

assis jambes pliées genoux hauts pieds croisés s'appuyer sur le dos de la main changer de côté
souple, pas là
tomber se relever sans effort (sans effort)
ou
un main sur le devant (doigts) de l'épaule opposée — petit creux — le bras de celle-ci fait des huit = résonnent dans le corps tourner avancer
et
accroupi tête au sol bras entre jambes tirer dénouer (sans effort sans effet)
mais
trop le regard au sol — dommage ("lève la tête, petit chinois")!

Comments: Enregistrer un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?